Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

2019 Sardaigne en voilier 01 Préparatifs, traversée, Alghero

20190727_213752

2019 Sardaigne en voilier 01 Préparatifs, traversée, Alghero

 

Été 2019 Croisière en Sardaigne

Travaux à Canet en Roussillon20190523_063126 20190523_084315 20190523_092649 20190705_211310 20190705_203253 20190704_165552 20190703_160700 20190703_160152 20190625_114909 20190702_161342 20190625_110108 20190625_105600 20190619_145042 20190619_112220 20190619_111850 20190619_111314 20190619_110921 20190523_092649 20190523_084315 20190523_063126Retour Grande motte

Alcyone sur Ber pour vérifier si les arbres rencontrés à 3 milles des côtes n’ont pas fait trop de dégâts

20190716_103936 20190716_104201 20190716_104209 20190716_104259 20190716_104310

Eric vient nous faire un bisou avant le départ

20190720_135159 20190720_144059

Traversée La Grande Motte – Sardaigne Nord

Après avoir réglé les derniers problèmes techniques, nous quittons le ponton de la Grande Motte vers la station où nous faisons le plein des 2 réservoirs de gas oil.

Vers 17h nous partons enfin, direction le Nord Sardaigne.

Pendant 3h1/2, c’est le bonheur, navigation à la voile, le pilote gémit, pourquoi y a que moi qui bosse! L’eau clapote et vient s’éclater sur la carène. Alcyone avance à 7 noeuds, sans s’occuper de cette petite houle de 0,5m. De temps en temps le pilote émet des bruits genre cris d’oiseaux.

Après un petit repas vite fait, riz macédoine de légumes rillettes de saumon fromage pomme, nous pensons nous installer pour la nuit, Serge de quart nocturne et moi allongée dans le cockpit, avec mon sac de couchage. Vers 21h plus de vent. Finie la magie de la navigation à voile. Nous mettons le moteur, car la route est longue.

Le matin vers 8h, je me réveille et aperçois Serge qui sort du carré avec un plateau de petit déjeuner.

Alors  je prends mon quart de jour et c’est au tour de Serge de s’allonger pour un somme réparateur après cette longue nuit.

Il a la capacité quand il est de quart, de se réveiller toutes les 20mn, de faire un tour d’horizon, vérifier sur l’AIS si il y a d’autres bateaux, leur route et leur vitesse, et de se rendormir pour 20mn.

Avant de se reposer, Serge a mis le génois qui gonflait un peu, mais maintenant il bat mollement et  lamentablement. Je le borde à fond.

Sortant d’une mer d’huile, un beau dauphin vient faire 3 sauts à ras de la coque, puis disparait. Le sondeur se met en alarme, profondeur 2,20m…

10h39. On croise une bouée d’enfant…

Beaucoup de groupes de dauphins? Mais trop loin

Vers midi repas

12h39 nous croisons une baleine qui apprenait à son baleineau à cracher. Mal élevée va!

Toujours mer d’huile et pas de vent, ce qui nous permet de déguster les bonnes odeurs d’échappement.

Serge se rendort, et se réveille juste avant 14h23,au moment où un jet privé plonge au dessus de nous, sûrement pour faire une surprise à ses passagers, puis remonte et part plein est.

14h32, changement de réservoir de gas oil, on passe sur le réservoir 2, tribord

On coupe les gaz pour écouter la météo, la vitesse tombe a 0,9 noeuds.

Météo mer belle visibilité bonne vent 1 à 3 secteur W houle non significative.

Pour la nuit, même chose.

Observation à 9h hausse de la pression 1022 hpa.

Demain 2 à 4 secteur NW. Mer belle temps ensoleillé visibilité bonne

Jours suivants 2 4 NW

14h50 position 42°21.172′ N 006°23.400 E

16h56 position 42°13.560 N 06°39.410 E

138 milles parcourus cap 120

Vitesse 6,8 noeuds

Et toujours voiles et moteur

17h50 baleine ou cachalot?

42°10.003 N 6°46.195 E

19h repas steack patates sautées salade.

Meteo 19h30 Corse

Vent secteur No 2 à 4 mollissant 1 à 3 en fin de soirée

Mer belle, houle non significative visibilité 8 milles. Pression atmosphérique 1022 hpa en hausse.

20h44 très beau coucher de soleil.

Demain matin 23 juillet, nous arriverons en Sardaigne.

Le vent toujours aussi faible, moins de 3 noeuds, nous roulons le génois, laissant la grand voile. Moteur 2000 tours, on avance à environ 7 noeuds.

La nuit tombe très noire, et nous voyons dans le sillage du bateau quantité de gros points lumineux, ça fait penser à des méduses qui seraient luminescentes. Ce sont des Pelagia noctiluca, un organisme marin qui a la faculté de briller dans le noir. Cette propriété est due à un mucus lumineux produit par l’enveloppe de l’animal lorsque celui-ci est dérangé par les vagues, d’autant plus par l’hélice…. c’est magique!

Le ciel est magnifique grâce à cette nuit noire sans la pollution lumineuse de la terre et nous offre le spectacle grandiose de ses constellations et de ses myriades d’étoiles.

La lune se lève rouge sang vers 1h du matin, et au fur et à mesure qu’elle monte, nous donne une lueur de petit matin. Les étoiles disparaissent.

La nuit est longue avec ce manque de vent qui nous oblige à garder le moteur qui brise le silence de la navigation que nous aimons.

Nous croisons, vers 4 h du matin  un paquebot tous feux allumés,  ponts, coursives , poupe, proue, salon de pont, tout est illuminé mais nous n’entendons aucun son.

A la VHF, des italiens sur canal 16 racontent leur vie au grand dam du cross italien qui essaie de les faire taire en vain.

Mardi 23, Le soleil se lève à 5h, la mer est toujours d’huile, le vent inexistant, visibilité bonne bien que légèrement brumeuse.

Nous arrivons en Sardaigne, à la pointe Dello Scorno, qui est toute protégée de zones interdites au mouillage.

Nous en profitons pour prendre le petit déjeuner dehors dans le cockpit.

 

20190722_082454 20190722_100515 20190722_103506 20190722_104315 20190722_132542 20190722_144900 20190722_204031 20190722_204117 20190722_204650 20190722_204824 20190722_205751 20190722_211344 20190724_105127

Du Nord Sardaigne à Alghero

Nous descendons la côte ouest à la recherche d’un coin de paradis pour nous y reposer un peu.

Nous sommes obligés de passer à 2 milles des côtes, à cause du marquage zone interdite. Arrivée loch 830 milles. On a donc fait 230 milles pour cette traversée.

Pass della pelosa

Co falcone

On longe la côte ouest au millimètre sur la bande des 10m pour éviter les affleurants.

Nous n’avons pas trouvé de mouillage. Il semble qu’il y en ait dans la zone interdite dans le golfe où nous n’avons pas osé aller à la pass della pelosa . De nombreux rochers sortaient de l’eau…

Puis cette côte est très escarpée bordée de roches volcaniques recouvertes de roches sédimentaires dans lesquelles se sont formées des grottes aujourd’hui détruites. De nombreux sentiers en pente abrupte sont empruntés à pied ou en 4×4 par les autochtones qui connaissent bien les endroits sympas où passer un bon moment au bord de la mer.

Le vent qui nous a fait défaut pendant la traversée souffle NW à un bon 10 noeuds depuis que nous longeons la côte.

On a vu un fada qui descend la Sardaigne sous spi.

Cette côte pour l’instant inhospitalière en voilier nous plait quand même. Pas franchement de la falaise, mais franchement des éboulis.

On passe Alghero en espérant trouver un mouillage avec une crique protégée. Mais cette baie est immense et au bout de 10 milles, nous faisons demi tour pour aller au port d’Alghero car la prochaine crique possible se trouve à 45 milles après Alghero, ce qui nous ferait arriver à 10h du soir. Sans la douleur de dos qui bloque le dos de Françoise, nous aurions tenté le coup. Mais depuis ce matin, elle a des attitudes, se tortille, espérant trouver une position antalgique, en vain. Quand elle fait cette tête là,  c’est que ça ne va pas, dit Serge…

259,4 milles arrêt à Alghero port.

Nous appelons la capitainerie en Français et on nous répond en Français ! Chouette, parce que quand on les écoute à la VHF, que ce soit en Italien ou en Anglais, on ne comprend rien.

Ils nous demandent

- Vous êtes où ?

- A l’entrée de la rade

- rappelez nous quand vous serez à l’entrée du port

Nous continuons à 5 noeuds en nous dirigeant vers le môle de l’entrée du port.

A 300m de la pointe du môle nous voyons 2 annexes qui poireautent en discutant allègrement à haute voix. Nous pensons qu’il s’agit de la rencontre de 2 amis à l’entrée du port.

Quand nous commençons à réduire et à arrondir notre course pour préparer notre entrée dans le port, les zodiacs se séparent et le premier qui nous arrive dessus nous demande :

- Alcyone?

- oui c’est nous

- Suivez moi et je vais vous guider jusqu’à votre place

Dit-il en partant de plus belle à 7-8 noeuds dans le port.

Nous le suivons toujours à 5 noeuds, il se retourne surpris de nous voir si lents. Sa VHF lui demande pourquoi il traîne et il raconte que notre barca n’avance pas. Il est obligé de ralentir et nous le suivons.

A hauteur de l’emplacement, nous réalisons qu’il s’agit d’une place avec pendille. Nous faisons un beau 1/2 tour et une belle marche arrière avec le joystick, et il nous déclare de son zodiac

- trop facile  il n’y a rien à faire,

en simulant avec 2 doigts la manipulation du joystick.

A partir de ce moment là,  nous n’avons plus rien à faire. L’arrière du bateau est à 4 m du ponton, et le flan du bateau est à 3m du bateau d’à côté.

Le maestro du zodiac utilise son engin pour emporter notre voilier pile où il veut, à 1m du ponton et à 1m du bateau voisin.

Pendant qu’il tient en place le voilier, un des 2 hommes sur le ponton monte sur le bateau pour fixer une première pendille sur le tribord avant, pendant que le second amarre notre bateau en permettant la descente du tableau arrière.

Il n’a pas fini que le premier homme recommence avec une nouvelle touline qu’il installe babord avant.

Avant de descendre, il vérifie l’amarrage arrière.

Il aide ensuite Serge à brancher l’eau et l’électricité et attend que tout fonctionne pour nous souhaiter un bon séjour.

Nous allons à la capitainerie pour présenter les documents administratifs : acte de francisation du bateau, cni des passagers, police d’assurance, adresse…

Retour au bateau, douche, repas et dodo enfin dans un lit!!! Notre nid douillet que nous avons quitté dimanche matin, il y a 60 heures! Beaucoup pour nos vieilles carcasses.

Mercredi 24, le matin, debout à 9h.

Petit dej, coince bulle, repas midi à 14h, et vers 17h, nous prenons sac à dos et appareils photo et allons visiter la vieille ville d’Alghero. En partant, nous nous arrêtons à la capitainerie et demandons un bon restaurant où manger Sarde. La charmante dame de l’accueil et sa puce souriante de 4 mois nous conseille le Cavour, prend son téléphone et fait pour nous une réservation pour 20h.

Promenade le long du belvédère,  avec ses canons, ses tours et ses restaurants, puis nous descendons dans la vieille ville nous balader à travers les ruelles. Dans chaque église ou dans la cathédrale,  soit un office y est célébré,  soit des personnes, surtout des dames, prient et chantent en choeur. Les Sardes sont très pieuses apparemment!

Nous arrivons un peu épuisés au restaurant qui a placé de petites tables au bord de la ruelle et nous nous rėgalons.

Nous rentrons au bateau et décidons de rester encore ici demain. Le dos va mieux, mais est quand même douloureux

Vendredi 26

On devait partir demain. La météo en décide autrement. Plus jeunes, nous serions partis. Mais nous n’avons plus assez de force et de résistance pour lutter pendant de longues heures. Nous attendrons donc que la meteo soit meilleure.

Nous en avons parlé avec Eric qui nous a envoyé des liens de meteos très contradictoires et dont certaines prolongent le phénomène toute la semaine à venir.

Samedi 27

Hier nous avons fait une balade et avons fini au restau. Les éclairs nous ont poussés à rentrer fissa au port où nous sommes arrivés juste à temps. Le gros yacht à moteur éclairait l’eau sous son bateau… et sous le nôtre!

A peine entrés dans le bateau, le déluge commence à tomber!

Dimanche 28

Nous regardons la météo sarde qui prolonge le phénomène plusieurs jours. Sur le site météo consult, cela dure jusqu’à lundi midi avec des vents ne dépassant 14 à 16 noeuds en rafales jusqu’à la fin de semaine prochaine.

2 gars de la capitainerie arrivent et demandent la permission de monter sur le bateau qui danse avec cette tempête. Ils vont à l’avant et, s’aidant du guindeau, éloignent le bateau qui s’était approché dangereusement du ponton.

Nous alons à la capitainerie pour bénéficier du wifi…. C’est une catastrophe! Pire que Marie-Galante en 2000! Je finis par craquer et fais un partage de connexion avec mon téléphone, tant pis pour la consommation!

A la capitainerie, ils nous conseillent un site météo Lamma. Prévisions encore pires que meteo consult!

20190723_082917DSC01271 20190723_114027 20190723_111555 20190723_111321 20190723_111246 20190723_111046 20190723_110653 20190723_105003DSC01272 DSC01275 DSC01277 DSC01285 DSC01286 DSC01290 DSC01294DSC01301 DSC01367 DSC01365 DSC01360 DSC01354 DSC01351 DSC01346 DSC01345 DSC01335 DSC01330 DSC01322 DSC01320 DSC01313 DSC01311 DSC01309 DSC01305Alghero

20190724_204210 20190726_180727 20190726_115336 20190726_115254 20190724_213724 20190724_210000 20190724_205956 20190724_20421520190726_183511 20190726_183517 20190726_183531 20190726_183614 20190726_184006 20190726_184029 20190726_184513 20190726_184617 20190726_184625 20190726_184631 20190726_191045 20190726_191057 20190726_191141 20190726_191150 DSC01381 DSC01386 DSC01387 DSC01392 DSC01393 DSC01394 DSC01395 DSC01397 DSC01398 DSC01407 DSC01413 DSC01414 DSC01415 DSC01417 DSC01420 DSC01421 DSC01424 DSC01425 DSC01430 DSC01433 DSC01435 DSC01436 DSC01438 DSC01440 DSC01441 DSC01442 DSC01445 DSC01454 DSC01458 DSC01461 DSC01464 DSC01472 DSC01474 DSC01477 DSC01478 DSC01481 DSC01482 DSC01489 DSC01492 DSC01494 DSC01497 DSC01498 DSC01501 DSC01505 DSC01507Capo Caccia Grotte de Neptune (2011)

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC