Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

2019 Sardaigne en voilier 3 Caloforte-Teulada-Cagliari

_1230563

2019 Sardaigne en voilier 3 Caloforte-Teulada-Cagliari

De Caloforte à Teulada

20190803_063121 20190803_063130 20190803_064532 20190803_064551 20190803_064559 20190803_083734 20190803_083902 20190803_083917 20190803_084544 20190803_084951 20190803_085450 20190803_090116 20190803_100957 20190803_102615 20190803_104001 20190803_104834 20190803_105102 20190803_110056 20190803_151050

Teulada

Très joli petit port entouré de reliefs, mais loin de tout. Impossible de faire le ravitaillement sans véhicule.

Mais nous avons un rendez-vous très important avec une famille que nous avons connue il y a 8 ans alors que nous sillonnions la Sardaigne avec notre camping-car, et avec laquelle nous nous sommes liés d’amitié.

20190803_162231 20190803_180915 20190804_110733 20190804_110754 20190804_110800 20190804_122148 20190805_184409 20190806_204250 20190806_204604 20190806_210042 20190806_210205

 De Teulada à Cagliari

Mercredi 7 août
Lever 3h au soleil, petit dej, on largue les amarres.
J’aime ces lueurs du jour qui point,  le calme du port, les voiliers et leur linge qui sèche sur les filières…
4h52 au soleil départ 1024 milles.
5h10 1028 milles grand voile hissee vent apparent au 120,  réel à 90 Est.
Ce sont les tourbillons dans la baie et les îles qui modifient les courants par la friction qu’ils ont avec les terres, effet de mascaret.
Houle 0,80 à 1m.
Le soleil se lève derrière la colline.
5h27 la houle est maintenant de 1,2 à 1,5m . Les bidons qui servent de flotteurs pour les nasses ou les filets des pêcheurs sont bien alignés.
On voit quelques bateaux au mouillage, ils ont dû bien rouler cette nuit.
8h55 0n passe la raffinerie au fond de la grande baie. Quelques pêcheurs et plusieurs méthaniers. On passe entre les balises d’entrée du chenal.

20190807_070830

_1230330 _1230338 _1230341 _1230346 _1230350 _1230355 _1230369 _1230371 _1230377 _1230379 _1230383 _1230386 _1230395 _1230414 _1230416 _1230420 _1230431 _1230435 _1230442 _1230445 _1230450 _1230452 _1230459 _1230462 _1230470 _1230475 _1230489 _1230493 _1230504 _1230506 _1230514 _1230523 _1230547 _1230563 20190807_100018 20190807_100623 20190807_100751 20190807_113952 20190807_115858

Nous arrivons dans le port à 10h24 au soleil , Total 1060 milles et 181,7 h moteur amarrés à Cagliari Portus Karalis, accueillis par un marinero très sympa qui nous guide jusqu’à notre place dans ce tout petit port.
Sur l’eau, une couche de gas oil lisse la surface et embaume l’espace!
Oh joie, prise 32A qui nous permet de mettre la clim en marche. A part en Guyane, nous n’avons jamais souffert autant de cette chaleur humide.
On pense avoir trouvé la cause de la panne du propulseur qui s’était produite 2 fois, à Caloforte et à Teulada. En mettant l’interrupteur des chargeurs en marche quand le moteur tourne, cela permet aux batteries moteur bord et propulseur de charger à bloc. Ce qui sous-entend que la puissance des 4 batteries seule ne suffit pas pour alimenter le propulseur.
Nous mangeons, Serge fait ma piqûre, petite sieste, puis nous allons à la capitainerie qui nous annonce le prix pour nous. En fait  depuis le début en Sardaigne, nous avons constaté que les prix évidemment dépendent de la taille du bateau, mais également de la tête du client! Le capitaine du port annonce un prix et l’employée note à côté du nom du bateau sur la liste des bateaux présents le prix annoncé. Pour nous ce sera 125€ la nuit.
Nous allons nous balader dans la vieille ville, visitons la cathédrale rapidement car non climatisée et en plus un office semble commencer.

_1230590 _1230596 _1230601 _1230603 _1230604 _1230606 _1230608 _1230611 _1230612 _1230613 _1230615 _1230620 _1230621 _1230622 _1230628 _1230631 _1230634 _1230635 _1230636 _1230647 _1230649 _1230651 _1230654

_1230638 _1230639 _1230640 _1230644 _1230645 20190807_185020 20190807_185049 20190807_185251 20190807_185528 20190807_185533

Nous rentrons crevés au bateau, mais nous nous sommes régalés.

Jeudi 8 août,
nous allons faire quelques courses dans un petit supermarché pas trop loin du port, mais nous marchons 3 fois plus car nous nous trompons de route…
Après le déjeuner, nous allons vers la Bonaria, puis marchons dans les rues au hasard. Arrêt glace, puis retour au port, épuisés. Nous allons à la capitainerie demander si nous pouvons louer un scooter.
De retour au bateau, nous contactons le loueur et nous irons demain chercher l’engin qui nous portera pour visiter cette ville dont la majorité des routes sont très pentues.

_1230655 _1230656 _1230658 _1230659 _1230662 _1230663 _1230664 _1230665 _1230667 _1230668 _1230673

Vendredi 9 août
Nous allons louer un scooter, nous allons au shipchandler acheter de l’huile moteur. Pour le reste  ils sont très chers, et nous partons de nouveau vers la Bonnaria et les rues autour, avec leurs immeubles vétustes. En fait, Serge cherche l’aire de ccars où nous étions allés il y a 8 ans,  pour retrouver l’excellent restaurant où nous nous étions régalés! Au bout d’un moment je craque et lui suggère d’aller vers la vieille ville. Il prend alors la direction du port et nous allons manger pour 15€ salumi formaggio meloni spaghetti vongole. Nous allons vers la cathedrale, puis la torre de san Pancrazio, la citadelle des musées.  Nous visitons le musée archéologique qui nous déçoit beaucoup. Tout est tellement mélangé qu’on en sort désorientés. C’est dommage car dans cette île se sont succédées des époques historiques passionnantes : neolithique, nuragique, phénicienne, punique, romaine, byzantine. Il vaut mieux visiter les sites, on en apprend plus que dans le musée.
En allant vers le jardin botanique, nous passons près de l’amphithéâtre romain, ou ce qu’il en reste après qu’il ait servi de carrière de pierres, et qui, bien que propriété de la ville depuis le milieu du 19eme siècle, est dans un état d’abandon total.
Nous entrons dans le jardin  botanique, moins fleuri qu’au printemps mais superbe, méditerranéen, tropical, médicinal…

20190809_164344 20190809_164503 20190809_164507 20190809_164607 20190809_164619 20190809_164706 20190809_164807 20190809_165100 20190809_165108 20190809_165120 20190809_165708 20190809_165718 20190809_170119 20190809_170143 20190809_170750 20190809_170755 20190809_170807 20190809_170827 20190809_170835 20190809_170847 20190809_170903 20190809_170934 20190809_170948 20190809_170958 20190809_171004 20190809_171017 20190809_171026 20190809_171032 20190809_171110 20190809_171121 20190809_171132 20190809_171159 20190809_171218 20190809_171239 20190809_171301 20190809_171319 20190809_171348 20190809_171409 20190809_171431 20190809_171440 20190809_171454 20190809_171553 20190809_171636 20190809_171744 20190809_171749 20190809_171752 20190809_171807 20190809_171838

20190809_172126 20190809_172151 20190809_172302 20190809_172318 20190809_172321 20190809_172325 20190809_172455 20190809_172824 20190809_172844 20190809_173112 20190809_173118 20190809_173129 20190809_173431 20190809_173558 20190809_173608 20190809_173655 20190809_173732 20190809_173811 20190809_173930 20190809_174001 20190809_174029 20190809_174049
Puis nous allons à la recherche du restau où nous étions allés en 2011, retrouvons l’aire où nous avions garé le ccar, le gardien est toujours le même, nous allons le saluer et repartons. Serge retrouve alors très vite la route que nous avions suivie à l’époque et nous mène au restau. Fermeture annuelle à partir du 10 août, nous sommes le 9, il faut y aller ce soir.
Nous allons manger une glace près du port, puis au bateau prendre une douche, et nous enfourchons le scooter. Évidemment nous nous perdons dans le dédale des rues et surtout des sens interdits qui nous empechent d’aller où nous voulons et arrivons à 9h au restaurant. Nous sommes reçus très gentiment et demandons à goûter à un max de plats sardes, au libre choix du restau. Un délice! Une dizaine de petits plats charcuteries, poissons, accompagnés de pois chiches, ou tomates, ou gros haricots blancs, des oignons confits et des tomates séchées. Vous me direz qu’on mange de tout ça aussi chez nous… Mais cuisiné comme ça,  jamais!
Ensuite du cochon de lait roti, fondant à l’intérieur et croquant à l’extérieur avec des verdura. Et enfin, un tiramisu glacé. Nous nous disons que l’addition va faire mal, mais non, 25€ chacun.

20190809_214912 20190809_214915 20190809_214946 20190809_215714 20190809_215718 20190809_215722 20190809_215731 20190809_220510 20190809_222931 20190809_224708 20190810_001602

Samedi 10 août

Nous faisons le tour des remparts, la Torre de S. Pancrazio, revenons vers l’agence de location du scooter pour ajouter un jour à notre réservation, remontons le Largo Felice, prenons l’ascenseur qui nous amène en bas des marches pour accéder à la Torre del elefante. Nous redescendons avec l’ascenseur, buvons schweppes et coca dans un bar, et cherchons à aller en scooter jusqu’à la Tour de l’éléphant où nous finissons par arriver, mais nous ne pouvons la visiter en grimpant ses 119 marches pour cause de restauration. Dommage, par cette chaleur et surtout humidité ambiante à 80%, nous en rêvions… Nous admirons sa porte à herse qui donnait accès à la ville médiévale.

Nous nous promenons dans le quartier hébreu, rues étroites et pentues, vue panoramique près de la tour. 

Retour au bateau.

Dimanche 11 août

Aujourd’hui, nous décidons de sortir de la ville avec le scooter. Nous partons par le bord de mer, spiaggia di Quartu, S.Andrea, Flumini, Capitana où nous espérons visiter un nurraghe. Malheureusement, les constructions sauvages ont été officialisées et les infrastructures aménagées spécialement pour faire visiter ce nurraghe ont été abandonnées et les terrains annexe sont maintenant clôturés par les propriétaires indélicats.

Nous repartons pour en visiter un second dans la montagne. La route est très belle et avec très peu de voitures. Beaucoup d’essences d’arbres différentes, pins peupliers, oliviers, fruitiers, eucalyptus, lauriers roses, figuiers de Barbarie, cactus… Mais peu d’eau! Ca sent très bon.

 

Nous essayons de rejoindre la route littorale en continuant la route littorale mais le rio secco a détruit la route, un hiver pluvieux sans doute. Toutes les maisons qui bordent cette route semblent se satisfaire de cette route coupée.

Nous faisons demi tour et reprenons la très belle route dans la montagne bien que très sinueuse qui nous ramène à Cagliari. 

20190811_162331 20190811_162403 20190811_162418 20190811_162436 20190811_162501 20190811_162514 20190811_162523 20190811_162637 20190811_162756 20190811_163008 20190811_163045 20190811_192335

Nous faisons le plein et rendons le scooter à 19H. Nous avons parcouru près de 300 km et n’avons consommé que 5,36 litres! Surprenant!

Nous allons payer la place à la Capitainerie. Prix 135€ jour, nous payons 550€ pour 5 nuits.